Août
4
jeu
FESTIVAL OPUS POCUS avec les élèves du CRR
Août 4 @ 20 h 00 min – 22 h 00 min

À noter la participation des élèves des classes de piano du CRR (Elisa Pierru, Pauline You-Seen, Lina Savigny, Dolly Antoine You-Seen, Emmanuel Turpin, Maïa Philibert, Evans Damour, Mahé Mauduech Hoarau, Théo Semerle, Alice You-Seen, Olga Philibert, Thaïs Brochot) à la 1ère partie du concert du Jeudi 4 août à la Salle Pierre Roselli au Musée Stella Matutina dans le cadre du Festival OPUS POCUS. Ce concert vient clôturer les master classes au cours desquelles nos élèves auront pu travailler avec les artistes invités par le Festival…

THOMAS ENHCO et VASSILENA SERAFIMOVA : FUNAMBULES, DUO PIANO-MARIMBA, CLASSIQUE et PLUS… FRANCE / BULGARIE

20H AUDITORIUM PIERRE ROSELLI (MUSEE STELLA MATUTINA)

TARIF UNIQUE 28€ EN PRÉVENTE sur le site monticket.re, 33€ SUR PLACE

En introduction, programme de piano classique proposé par les élèves et professeurs du CRR.
Thomas Enhco commence le violon à 3 ans et le piano à 6, étudie le classique et le jazz dans les deux instruments et enregistre son premier album à 14 ans. Son deuxième, où il mélange déjà ses influences jazz et classiques, est salué par la critique comme par le public (Must TSF Jazz, Django d’Or 2010). Quand il reçoit la Victoire « Révélation Jazz de l’année » aux Victoires de la musique 2013, Thomas Enhco est déjà un musicien accompli : depuis 2011, il est, en solo, duo ou trio, à l’affiche de salles de concert et de festivals dans le monde entier (plus de 130 concerts dans 14 pays et sur 4 continents au cours de la seule année 2011) et il a enregistré un album avec Jack DeJohnette et John Patitucci… Un lyrisme puissant allié à une grande finesse narrative, à la frontière entre jazz et classique.
Vassilena Serafimova a été récompensée par de nombreux prix internationaux, dont le 1er prix du plus grand concours international de marimba. Son parcours professionnel est fulgurant et Vassilena est aujourd’hui invitée partout par des orchestres et par des festivals. Curieuse, elle s’enrichit au contact d’artistes d’autres disciplines dans des projets où sont mêlés poésie, danse, mime ou vidéo. Le bonheur de jouer, un grand sens de l’interprétation, une énergie joyeuse et une immense générosité.
« Un duo explosif de virtuoses hors du commun dont les rythmes déchaînés font éclater les frontières entre classique et jazz, avec une intelligence musicale unique ».
http://www.opuspocus.re/

Oct
26
mer
MOZART : SYMPHONIE CONCERTANTE POUR VIOLON ET ALTO ET 40e SYMPHONIE EN SOL MINEUR
Oct 26 @ 20 h 00 min – 22 h 00 min
MOZART : SYMPHONIE CONCERTANTE POUR VIOLON ET ALTO ET 40e SYMPHONIE EN SOL MINEUR @ Salle Pierre Roselli

Le CRR présente Mozart, 40e symphonique en sol mineur et symphonie concertante pour violon et alto

Solistes : Eva Tasmadjian (violon), Kahina Zaïmen (alto)
Direction : Laurent Goossaert.

Mozart : Vous avez dit… Classique ?…

La musique de la seconde moitié du 18ème siècle représente l’archétype de ce qu’on appelle couramment la « musique classique ».
En effet si on veut trouver le « classicisme » sur l’échelle chronologique, il faut aller chercher quelque-part entre la mort de Bach (1750) et les dernières années de Beethoven (à partir de 1815).
Elle est donc très courte, cette période (à peine plus de 50 ans) qui a légué son nom comme une sorte de « générique » à six ou sept siècles de croisements, de mélanges, de métissages de styles et de langages.
Un nom « générique » un peu réducteur, donc, au regard de la frise chronologique, mais réducteur également sur le plan sémantique…
L’idée de « classique » véhicule un « je ne sais quoi », de convenu, d’entendu…
Un objet sans aspérités, voire sans surprises…
Une idée bien relayée par « l’iconographie officielle » de Mozart, qui nous donne à voir un petit enfant sage et surdoué sautant des genoux des Reines et Princesses d’Europe jusqu’au tabouret du clavecin pour étonner tout le monde avec l’interprétation de ses propres compositions sous l’œil humide d’un papa-agent-d’artiste fier et prospère…
Et si Mozart pouvait être bien autre-chose ?
Quelque-chose de tout sauf convenu, de jamais entendu, plein d’aspérités, quelque-chose qui ferait alterner douceur et contemplation avec violence, révolte et engagement…
C’est d’ailleurs en substance ce que nous dit Winkler, dans son Hommage à Mozart : Et si nous écoutions Mozart autrement ?… Et pour le donner à écouter autrement… Il faut le jouer autrement…
L’Orchestre de la Région Réunion nous habituerait-il depuis quelque temps à « revisiter » régulièrement les « tubes » d’une musique que l’on nomme un peu vite « Classique » ?… À dépoussiérer les highlights des salles de concerts ?…
Il y a deux saisons, c’était la 5ème de Beethoven qui prenait un coup de jeune…
Décoiffante, la lecture de Gilles Apap des Quatre saisons de Vivaldi La saison dernière ?… C’est peu dire…
Et cette fois-ci, la 40ème de Mozart…
À propos de Mozart ; vous avez dit… Classique ?…
Venez vérifier…

Laurent Goossaert (Chef d’orchestre associé à la saison de l’Orchestre de la Région Réunion).

Dates des concerts payants tout public :

– Mercredi 26 octobre, 20h, Salle Pierre Roselli, Musée Stella Matutina, Saint-Leu,
– Vendredi 28 octobre, 20h, Salle Gramoun Lélé, Saint-Benoît,
– Dimanche 30 octobre, 17h, Église de la Délivrance, Saint-Denis.

Entrée au tarif unique de 10 €. Billetterie 0892707974 et sur le www.monticket.re.

Oct
28
ven
MOZART : SYMPHONIE CONCERTANTE POUR VIOLON ET ALTO ET 40e SYMPHONIE EN SOL MINEUR
Oct 28 @ 20 h 00 min – 22 h 00 min
MOZART : SYMPHONIE CONCERTANTE POUR VIOLON ET ALTO ET 40e SYMPHONIE EN SOL MINEUR @ Salle Gramoun Lélé (Centre Gramoun Lélé du Conservatoire à Rayonnement Régional)

Le CRR présente Mozart, 40e symphonique en sol mineur et symphonie concertante pour violon et alto

Solistes : Eva Tasmadjian (violon), Kahina Zaïmen (alto)
Direction : Laurent Goossaert.

Mozart : Vous avez dit… Classique ?…

La musique de la seconde moitié du 18ème siècle représente l’archétype de ce qu’on appelle couramment la « musique classique ».
En effet si on veut trouver le « classicisme » sur l’échelle chronologique, il faut aller chercher quelque-part entre la mort de Bach (1750) et les dernières années de Beethoven (à partir de 1815).
Elle est donc très courte, cette période (à peine plus de 50 ans) qui a légué son nom comme une sorte de « générique » à six ou sept siècles de croisements, de mélanges, de métissages de styles et de langages.
Un nom « générique » un peu réducteur, donc, au regard de la frise chronologique, mais réducteur également sur le plan sémantique…
L’idée de « classique » véhicule un « je ne sais quoi », de convenu, d’entendu…
Un objet sans aspérités, voire sans surprises…
Une idée bien relayée par « l’iconographie officielle » de Mozart, qui nous donne à voir un petit enfant sage et surdoué sautant des genoux des Reines et Princesses d’Europe jusqu’au tabouret du clavecin pour étonner tout le monde avec l’interprétation de ses propres compositions sous l’œil humide d’un papa-agent-d’artiste fier et prospère…
Et si Mozart pouvait être bien autre-chose ?
Quelque-chose de tout sauf convenu, de jamais entendu, plein d’aspérités, quelque-chose qui ferait alterner douceur et contemplation avec violence, révolte et engagement…
C’est d’ailleurs en substance ce que nous dit Winkler, dans son Hommage à Mozart : Et si nous écoutions Mozart autrement ?… Et pour le donner à écouter autrement… Il faut le jouer autrement…
L’Orchestre de la Région Réunion nous habituerait-il depuis quelque temps à « revisiter » régulièrement les « tubes » d’une musique que l’on nomme un peu vite « Classique » ?… À dépoussiérer les highlights des salles de concerts ?…
Il y a deux saisons, c’était la 5ème de Beethoven qui prenait un coup de jeune…
Décoiffante, la lecture de Gilles Apap des Quatre saisons de Vivaldi La saison dernière ?… C’est peu dire…
Et cette fois-ci, la 40ème de Mozart…
À propos de Mozart ; vous avez dit… Classique ?…
Venez vérifier…

Laurent Goossaert (Chef d’orchestre associé à la saison de l’Orchestre de la Région Réunion).

Dates des concerts payants tout public :

– Mercredi 26 octobre, 20h, Salle Pierre Roselli, Musée Stella Matutina, Saint-Leu,
– Vendredi 28 octobre, 20h, Salle Gramoun Lélé, Saint-Benoît,
– Dimanche 30 octobre, 17h, Église de la Délivrance, Saint-Denis.

Entrée au tarif unique de 10 €. Billetterie 0892707974 et sur le www.monticket.re.

Oct
30
dim
MOZART : SYMPHONIE CONCERTANTE POUR VIOLON ET ALTO ET 40e SYMPHONIE EN SOL MINEUR
Oct 30 @ 17 h 00 min – 19 h 00 min
MOZART : SYMPHONIE CONCERTANTE POUR VIOLON ET ALTO ET 40e SYMPHONIE EN SOL MINEUR @ Eglise de la Délivrance

Le CRR présente Mozart, 40e symphonique en sol mineur et symphonie concertante pour violon et alto

Solistes : Eva Tasmadjian (violon), Kahina Zaïmen (alto)
Direction : Laurent Goossaert.

Mozart : Vous avez dit… Classique ?…

La musique de la seconde moitié du 18ème siècle représente l’archétype de ce qu’on appelle couramment la « musique classique ».
En effet si on veut trouver le « classicisme » sur l’échelle chronologique, il faut aller chercher quelque-part entre la mort de Bach (1750) et les dernières années de Beethoven (à partir de 1815).
Elle est donc très courte, cette période (à peine plus de 50 ans) qui a légué son nom comme une sorte de « générique » à six ou sept siècles de croisements, de mélanges, de métissages de styles et de langages.
Un nom « générique » un peu réducteur, donc, au regard de la frise chronologique, mais réducteur également sur le plan sémantique…
L’idée de « classique » véhicule un « je ne sais quoi », de convenu, d’entendu…
Un objet sans aspérités, voire sans surprises…
Une idée bien relayée par « l’iconographie officielle » de Mozart, qui nous donne à voir un petit enfant sage et surdoué sautant des genoux des Reines et Princesses d’Europe jusqu’au tabouret du clavecin pour étonner tout le monde avec l’interprétation de ses propres compositions sous l’œil humide d’un papa-agent-d’artiste fier et prospère…
Et si Mozart pouvait être bien autre-chose ?
Quelque-chose de tout sauf convenu, de jamais entendu, plein d’aspérités, quelque-chose qui ferait alterner douceur et contemplation avec violence, révolte et engagement…
C’est d’ailleurs en substance ce que nous dit Winkler, dans son Hommage à Mozart : Et si nous écoutions Mozart autrement ?… Et pour le donner à écouter autrement… Il faut le jouer autrement…
L’Orchestre de la Région Réunion nous habituerait-il depuis quelque temps à « revisiter » régulièrement les « tubes » d’une musique que l’on nomme un peu vite « Classique » ?… À dépoussiérer les highlights des salles de concerts ?…
Il y a deux saisons, c’était la 5ème de Beethoven qui prenait un coup de jeune…
Décoiffante, la lecture de Gilles Apap des Quatre saisons de Vivaldi La saison dernière ?… C’est peu dire…
Et cette fois-ci, la 40ème de Mozart…
À propos de Mozart ; vous avez dit… Classique ?…
Venez vérifier…

Laurent Goossaert (Chef d’orchestre associé à la saison de l’Orchestre de la Région Réunion).

Dates des concerts payants tout public :

– Mercredi 26 octobre, 20h, Salle Pierre Roselli, Musée Stella Matutina, Saint-Leu,
– Vendredi 28 octobre, 20h, Salle Gramoun Lélé, Saint-Benoît,
– Dimanche 30 octobre, 17h, Église de la Délivrance, Saint-Denis.

Entrée au tarif unique de 10 €. Billetterie 0892707974 et sur le www.monticket.re.

Oct
27
ven
ODYSSEE : UN SPECTACLE POUR LES 30 ANS DU CRR
Oct 27 @ 19 h 00 min – 21 h 00 min
ODYSSEE : UN SPECTACLE POUR LES 30 ANS DU CRR @ Salle Gramoun Lélé, Saint-Benoît
Humour et virtuosité musicale : couleurs cuivres #2
 
Au départ, il y avait le spectacle couleurs cuivres, créé en 1995 et devenu le best-seller de la compagnie avec plus de 400 représentations en France et à l’étranger ces 20 dernières années.
À l’aube de ses 30 ans, Odyssée ensemble & cie, comme un clin d’oeil à son parcours, a souhaité remettre le spectacle au goût du jour, en réactualiser le répertoire musical et en renouveler l’esthétique.
La compagnie s’est donc attelée à un processus de re-création et couleurs cuivres devient couleurs cuivres #2…
 
Intentions 
Odyssée s’affirme comme une formation possédant une curiosité artistique lui permettant d’aborder un très large répertoire et de susciter des oeuvres nouvelles.
Dans Couleurs cuivres #2, les musiciens nous entraînent dans un voyage musical où la poésie côtoie l’humour. Décalé et naviguant sur un répertoire couvrant trois siècles de musique, Odyssée nous offre une plongée burlesque et tendre dans l’univers de musiciens très humains !
Au sein de chaque tableau, la musique, l’humour, le geste et la poésie se mêlent de plus en plus intimement. C’est cette osmose, cet aller-retour permanent du rire enfantin à la métaphore la plus profonde, qui suscitent surprise et éveil dans une savoureuse ambiguïté.
Répertoire
Les chansons enfantines traditionnelles (Mabrouk s’en va t’en guerre, La Mère Michel,…) côtoient des musiques de films célèbres ( Docteur Jivago, Rencontre du 3ème type, La strada, Le clan des Siciliens,…), des thèmes connus de la musique
classique (Te Deum de Charpentier, Guillaume Tell de Rossini), des thèmes plus récents (The chicken de Pastorius,…) mais également des ”standards” (Take five, Besame mucho, Mambo jambo de Perez Prado…)ou encore des pièces moins connues de Fillmore, Weber…
Le spectacle du vendredi 27 octobre à 19h à la Salle Gramoun Lélé donnera suite à une résidence du groupe Odyssée avec les classes de cuivres des 4 centres du CRR qui aura lieu du 23 au 27 octobre au Centre Gramoun Lélé. Lors du spectacle, nos élèves joueront avec le groupe Odyssée.
«Un quatuor de cuivres nanti de prix internationaux, qui, en compagnie d’un fantastique percussionniste, a su renouveler le genre du spectacle musical. De l’humour, de la poésie, du talent… »
le Dauphiné libéré