Mai
24
ven
Nous (ne) sommes (pas) des monstres
Mai 24 @ 19 h 00 min – 20 h 00 min
Nous (ne) sommes (pas) des monstres @ Salle Gramoun Lélé, Saint-Benoît

NOUS (ne) SOMMES (pas) des MONSTRES
Par les élèves théâtre du Conservatoire à Rayonnement Régional

SALLE GRAMOUN LÉLÉ – Saint Benoît
VENDREDI 24 MAI – 19H
Entrée libre sur réservations au 0262504272, resacrrsaintbenoit@cr-reunion.fr

CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL de L’OCÉAN INDIEN
Théâtre du Grand Marché – St Denis
MERCREDI 29 MAI – 19H
Entrée libre sur réservations au 0262904477.

Les élèves de théâtre du Conservatoire présentent leur travail de recherche et de création sur le thème des « Monstres ».
Le monstre est une personne que sa laideur ou son comportement éloigne non seulement de la norme, mais de l’humanité : la femme à barbe, le géant, mais aussi le
tyran, le serial killer … Le monstre, paradoxalement, révèle une partie honteuse de notre humanité, soit par sa laideur inhumaine, soit par son comportement inqualifiable. Il devrait être caché, et c’est pourtant lui qu’on exhibe.
La soirée consacrée aux Monstres réunit des personnages redoutables.
Les turpitudes dont s’inspire le spectacle ne sont pas légères : aucune abomination ne nous est épargnée. Pourtant le plaisir de se faire peur est universel.
Levé de rideau : La naissance de Zako, d’après La naissance du Jongleur de Dario FO.
Adaptation en créole de Laurent Atchma. Avec Florent Voisin.
Marchand de rêves, dealer d’espoir, de Hélène Chardonnet. Avec les élèves de St Pierre.
Nous ne sommes pas des monstres, nous sommes humains, création collective par les élèves de St Denis.

Mai
25
sam
Un Requiem de Brahms par le Chœur Régional de la Réunion
Mai 25 @ 19 h 00 min – 21 h 00 min
Un Requiem de Brahms par le Chœur Régional de la Réunion @ Eglise de la Chatoire le Tampon

Le Chœur Régional de la Réunion présente Johannes Brahms

– Ein deutsches Requiem, op.45 (Version pour chœur, solistes deux pianos et timbales)
– Geistiches Lied, op.30 (Pour chœur à quatre voix et piano)

accompagné par :
– Olivera Topalovic, soprano
– Eric Vrain, baryton
– Anne-Laure Montagne et Éléonore Guillaume, pianos
– Sophie Gallet-Eyherart, timbales
– Direction : Daniel Bargier

Les concerts auront lieu le :
– Jeudi 23 mai 20h00 : Saint Denis, Cathédrale,
– Samedi 25 mai 19h00 : Le Tampon, église de La Chatoire,
– Dimanche 26 mai 18h : Saint Gilles-les-bains, église Notre Dame de la Paix,
– Mardi 28 mai 20h00 : Saint Benoît, église Saint-Benoît.
Tarif unique 10 €. Billetterie 0892707974, www.monticket.re.

Le programme :
Ein deutsches Requiem, op. 45
« Un Requiem allemand, sur des textes de l’Écriture sainte, pour solistes, chœur et orchestre » est une œuvre sacrée mais non liturgique, en sept mouvements, composée par Johannes Brahms et achevée en 1868. C’est la plus longue composition de ce compositeur.
L’œuvre, de conception humaniste, que l’auteur aurait désiré rendre œcuménique, lui assura la célébrité.
« Ein » indique la subjectivité du propos. « Deutsches » fait seulement référence à la langue de la bible de Luther. Le choix du terme Requiem n’a guère de sens, puisqu’il s’agit d’un genre fort rare, une Trauermusik, illustrée à la période baroque par le Musikalisches Exequiem de Schütz ou l’Actus tragicus de Bach.
Brahms lit la bible de Martin Luther quotidiennement et compose le livret de Ein deutsches Requiem lui-même, en puisant essentiellement des extraits du Nouveau Testament mais aussi de l’Ancien et des textes apocryphes. Il y affirme le particularisme germanique avec force et redit la prière humble et confiante des luthériens, des Allemands du Nord, farouches devant la mort.
Alors que la messe de requiem de la liturgie catholique commence avec la prière des morts « Seigneur, donnez-leur le repos éternel », Ein deutsches Requiem s’ouvre à l’inverse, en mettant l’accent sur les vivants avec le texte « Béni soit leur chagrin : qu’ils en soient soulagés ». Cette vision humaniste et sacrée est visible tout au long de l’œuvre.
Les deux solistes n’interviennent qu’exceptionnellement, le baryton pour faire entendre l’appel angoissé de l’homme face à son destin, la soprano pour annoncer le caractère maternel des consolations futures. La conclusion résume la promesse du sermon sur la montagne.
La genèse de cette œuvre fut longue, de 1854 à 1868.
Robert Schumann meurt en 1856 et Brahms songe à rendre hommage à son mentor. Quelle n’est pas son émotion lorsqu’il découvre que celui-ci avait pensé lui aussi à une œuvre similaire. Ce projet de « Trauerkantate » (cantate funèbre), prend forme le troisième automne passé à Detmold (1859).
Lors d’une autre disparition douloureusement ressentie, Brahms revient à ce projet élégiaque : après la mort de sa mère, en février 1865, il mentionne dans une lettre à Clara Schumann à la fin du mois d’avril 1865 un « chœur… sorte de Requiem allemand ». Mais Brahms ne précisera jamais formellement que le Requiem lui fut inspiré par la mort de sa mère. Ce n’est que par ses amis qu’on le saura, notamment par Clara Schumann qui dit : « Nous sommes tous d’avis qu’il l’écrivit en souvenir d’elle, bien qu’il ne nous l’ait jamais dit expressément.»
La première version de l’œuvre (morceaux 1-4, 6-7) sera créée en la cathédrale de Brême le 10 avril 1868 pour le Vendredi Saint sous la direction de Brahms lui-même.
Après cette création, Brahms annonce à son éditeur l’ajout d’un morceau solo (le no 5) qu’il termine à Bonn en août 1868.
La version intégrale est finalement créée au Gewandhaus de Leipzig le 18 février 1869. La partition avait été publiée par Rieter-Biedermann à Leipzig en novembre 1868 .
Brahms avait offert à Clara Schumann l’arrangement pour piano.
C’est cette version qui vous est proposée aujourd’hui.

Geistliches Lied, op.30
« Chant spirituel pour chœur mixte à quatre voix, orgue ou piano ».
Première œuvre chorale conservée, ce Gestliches Lied fut composé en avril 1856 à Düsseldorf où Brahms s’était installé dans la maison de Schumann, dont il s’occupait en l’absence de Clara qui poursuivait ses tournées à travers l’Europe.
Bouleversé par la maladie de son maître, il pensa le retirer d’Endenich pour le soigner lui-même ; mais il était trop tard, l’œuvre ne fut éditée qu’en 1864.
Deux constantes de la musique spirituelle de Brahms, orientée vers le passé dans un contexte expressif romantique, se retrouvent dans cette pièce :
Le choix d’un texte littéraire ancien, une poésie mystique de Paul Flemming (1606-1640), qui exprime la confiance en Dieu, au milieu des malheurs de la Guerre de Trente Ans. Brahms y trouve le reflet de ses sentiments profonds, de sa foi en la miséricorde divine.
Et la référence à une technique d’écriture archaïsante, très stricte, dont l’austérité, le recueillement, engendrent une étonnante émotion.

Le Chœur Régional de la Réunion

« Il est constitué d’une centaine de chanteurs amateurs répartis sur deux centres, qui se réunissent une fois par semaine pour travailler le répertoire pour chœur et orchestre sous la direction de Daniel Bargier assisté des élèves de la classe de direction de chœurs.
Chaque répétition, accompagnée par un pianiste, est précédée par une séance de formation musicale, et suivie par une séance de formation vocale dispensée par des professeurs du conservatoire.
Les répétitions ont lieu à St Pierre le mardi et à St Denis le jeudi de 18h30 à 21h.
Des séances de travail plus longues dites « Rassemblements », réunissant les sections de St Pierre et de St Denis, sont organisées dans un des quatre centres du Conservatoire, à la fréquence de deux dimanches par trimestre. Leur calendrier est précisé en début d’année.
Un cours de « Culture musicale », qui illustre le programme du chœur est dispensé au Conservatoire.
Les deux sections du chœur régional, dont la vocation première est de se produire ensemble dans un programme par an, peuvent, de façon ponctuelle, se présenter séparément pour une production originale.
Le recrutement se fait après audition, dans la mesure des places disponibles.
Renseignements au CRR :
• Web : www.conservatoire.regionreunion.com.
• Facebook, Youtube, Instagram, Twitter : @crrreunion

Mai
26
dim
Un Requiem de Brahms par le Chœur Régional de la Réunion
Mai 26 @ 18 h 00 min – 20 h 00 min
Un Requiem de Brahms par le Chœur Régional de la Réunion @ Eglise de Saint-Gilles-Les-Bains

Le Chœur Régional de la Réunion présente Johannes Brahms

– Ein deutsches Requiem, op.45 (Version pour chœur, solistes deux pianos et timbales)
– Geistiches Lied, op.30 (Pour chœur à quatre voix et piano)

accompagné par :
– Olivera Topalovic, soprano
– Eric Vrain, baryton
– Anne-Laure Montagne et Éléonore Guillaume, pianos
– Sophie Gallet-Eyherart, timbales
– Direction : Daniel Bargier

Les concerts auront lieu le :
– Jeudi 23 mai 20h00 : Saint Denis, Cathédrale,
– Samedi 25 mai 19h00 : Le Tampon, église de La Chatoire,
– Dimanche 26 mai 18h : Saint Gilles-les-bains, église Notre Dame de la Paix,
– Mardi 28 mai 20h00 : Saint Benoît, église Saint-Benoît.
Tarif unique 10 €. Billetterie 0892707974, www.monticket.re.

Le programme :
Ein deutsches Requiem, op. 45
« Un Requiem allemand, sur des textes de l’Écriture sainte, pour solistes, chœur et orchestre » est une œuvre sacrée mais non liturgique, en sept mouvements, composée par Johannes Brahms et achevée en 1868. C’est la plus longue composition de ce compositeur.
L’œuvre, de conception humaniste, que l’auteur aurait désiré rendre œcuménique, lui assura la célébrité.
« Ein » indique la subjectivité du propos. « Deutsches » fait seulement référence à la langue de la bible de Luther. Le choix du terme Requiem n’a guère de sens, puisqu’il s’agit d’un genre fort rare, une Trauermusik, illustrée à la période baroque par le Musikalisches Exequiem de Schütz ou l’Actus tragicus de Bach.
Brahms lit la bible de Martin Luther quotidiennement et compose le livret de Ein deutsches Requiem lui-même, en puisant essentiellement des extraits du Nouveau Testament mais aussi de l’Ancien et des textes apocryphes. Il y affirme le particularisme germanique avec force et redit la prière humble et confiante des luthériens, des Allemands du Nord, farouches devant la mort.
Alors que la messe de requiem de la liturgie catholique commence avec la prière des morts « Seigneur, donnez-leur le repos éternel », Ein deutsches Requiem s’ouvre à l’inverse, en mettant l’accent sur les vivants avec le texte « Béni soit leur chagrin : qu’ils en soient soulagés ». Cette vision humaniste et sacrée est visible tout au long de l’œuvre.
Les deux solistes n’interviennent qu’exceptionnellement, le baryton pour faire entendre l’appel angoissé de l’homme face à son destin, la soprano pour annoncer le caractère maternel des consolations futures. La conclusion résume la promesse du sermon sur la montagne.
La genèse de cette œuvre fut longue, de 1854 à 1868.
Robert Schumann meurt en 1856 et Brahms songe à rendre hommage à son mentor. Quelle n’est pas son émotion lorsqu’il découvre que celui-ci avait pensé lui aussi à une œuvre similaire. Ce projet de « Trauerkantate » (cantate funèbre), prend forme le troisième automne passé à Detmold (1859).
Lors d’une autre disparition douloureusement ressentie, Brahms revient à ce projet élégiaque : après la mort de sa mère, en février 1865, il mentionne dans une lettre à Clara Schumann à la fin du mois d’avril 1865 un « chœur… sorte de Requiem allemand ». Mais Brahms ne précisera jamais formellement que le Requiem lui fut inspiré par la mort de sa mère. Ce n’est que par ses amis qu’on le saura, notamment par Clara Schumann qui dit : « Nous sommes tous d’avis qu’il l’écrivit en souvenir d’elle, bien qu’il ne nous l’ait jamais dit expressément.»
La première version de l’œuvre (morceaux 1-4, 6-7) sera créée en la cathédrale de Brême le 10 avril 1868 pour le Vendredi Saint sous la direction de Brahms lui-même.
Après cette création, Brahms annonce à son éditeur l’ajout d’un morceau solo (le no 5) qu’il termine à Bonn en août 1868.
La version intégrale est finalement créée au Gewandhaus de Leipzig le 18 février 1869. La partition avait été publiée par Rieter-Biedermann à Leipzig en novembre 1868 .
Brahms avait offert à Clara Schumann l’arrangement pour piano.
C’est cette version qui vous est proposée aujourd’hui.

Geistliches Lied, op.30
« Chant spirituel pour chœur mixte à quatre voix, orgue ou piano ».
Première œuvre chorale conservée, ce Gestliches Lied fut composé en avril 1856 à Düsseldorf où Brahms s’était installé dans la maison de Schumann, dont il s’occupait en l’absence de Clara qui poursuivait ses tournées à travers l’Europe.
Bouleversé par la maladie de son maître, il pensa le retirer d’Endenich pour le soigner lui-même ; mais il était trop tard, l’œuvre ne fut éditée qu’en 1864.
Deux constantes de la musique spirituelle de Brahms, orientée vers le passé dans un contexte expressif romantique, se retrouvent dans cette pièce :
Le choix d’un texte littéraire ancien, une poésie mystique de Paul Flemming (1606-1640), qui exprime la confiance en Dieu, au milieu des malheurs de la Guerre de Trente Ans. Brahms y trouve le reflet de ses sentiments profonds, de sa foi en la miséricorde divine.
Et la référence à une technique d’écriture archaïsante, très stricte, dont l’austérité, le recueillement, engendrent une étonnante émotion.

Le Chœur Régional de la Réunion

« Il est constitué d’une centaine de chanteurs amateurs répartis sur deux centres, qui se réunissent une fois par semaine pour travailler le répertoire pour chœur et orchestre sous la direction de Daniel Bargier assisté des élèves de la classe de direction de chœurs.
Chaque répétition, accompagnée par un pianiste, est précédée par une séance de formation musicale, et suivie par une séance de formation vocale dispensée par des professeurs du conservatoire.
Les répétitions ont lieu à St Pierre le mardi et à St Denis le jeudi de 18h30 à 21h.
Des séances de travail plus longues dites « Rassemblements », réunissant les sections de St Pierre et de St Denis, sont organisées dans un des quatre centres du Conservatoire, à la fréquence de deux dimanches par trimestre. Leur calendrier est précisé en début d’année.
Un cours de « Culture musicale », qui illustre le programme du chœur est dispensé au Conservatoire.
Les deux sections du chœur régional, dont la vocation première est de se produire ensemble dans un programme par an, peuvent, de façon ponctuelle, se présenter séparément pour une production originale.
Le recrutement se fait après audition, dans la mesure des places disponibles.
Renseignements au CRR :
• Web : www.conservatoire.regionreunion.com.
• Facebook, Youtube, Instagram, Twitter : @crrreunion

Mai
28
mar
Un Requiem de Brahms par le Chœur Régional de la Réunion
Mai 28 @ 20 h 00 min – 22 h 00 min
Un Requiem de Brahms par le Chœur Régional de la Réunion @ Eglise de Saint-Benoît centre ville

Le Chœur Régional de la Réunion présente Johannes Brahms

– Ein deutsches Requiem, op.45 (Version pour chœur, solistes deux pianos et timbales)
– Geistiches Lied, op.30 (Pour chœur à quatre voix et piano)

accompagné par :
– Olivera Topalovic, soprano
– Eric Vrain, baryton
– Anne-Laure Montagne et Éléonore Guillaume, pianos
– Sophie Gallet-Eyherart, timbales
– Direction : Daniel Bargier

Les concerts auront lieu le :
– Jeudi 23 mai 20h00 : Saint Denis, Cathédrale,
– Samedi 25 mai 19h00 : Le Tampon, église de La Chatoire,
– Dimanche 26 mai 18h : Saint Gilles-les-bains, église Notre Dame de la Paix,
– Mardi 28 mai 20h00 : Saint Benoît, église Saint-Benoît.
Tarif unique 10 €. Billetterie 0892707974, www.monticket.re.

Le programme :
Ein deutsches Requiem, op. 45
« Un Requiem allemand, sur des textes de l’Écriture sainte, pour solistes, chœur et orchestre » est une œuvre sacrée mais non liturgique, en sept mouvements, composée par Johannes Brahms et achevée en 1868. C’est la plus longue composition de ce compositeur.
L’œuvre, de conception humaniste, que l’auteur aurait désiré rendre œcuménique, lui assura la célébrité.
« Ein » indique la subjectivité du propos. « Deutsches » fait seulement référence à la langue de la bible de Luther. Le choix du terme Requiem n’a guère de sens, puisqu’il s’agit d’un genre fort rare, une Trauermusik, illustrée à la période baroque par le Musikalisches Exequiem de Schütz ou l’Actus tragicus de Bach.
Brahms lit la bible de Martin Luther quotidiennement et compose le livret de Ein deutsches Requiem lui-même, en puisant essentiellement des extraits du Nouveau Testament mais aussi de l’Ancien et des textes apocryphes. Il y affirme le particularisme germanique avec force et redit la prière humble et confiante des luthériens, des Allemands du Nord, farouches devant la mort.
Alors que la messe de requiem de la liturgie catholique commence avec la prière des morts « Seigneur, donnez-leur le repos éternel », Ein deutsches Requiem s’ouvre à l’inverse, en mettant l’accent sur les vivants avec le texte « Béni soit leur chagrin : qu’ils en soient soulagés ». Cette vision humaniste et sacrée est visible tout au long de l’œuvre.
Les deux solistes n’interviennent qu’exceptionnellement, le baryton pour faire entendre l’appel angoissé de l’homme face à son destin, la soprano pour annoncer le caractère maternel des consolations futures. La conclusion résume la promesse du sermon sur la montagne.
La genèse de cette œuvre fut longue, de 1854 à 1868.
Robert Schumann meurt en 1856 et Brahms songe à rendre hommage à son mentor. Quelle n’est pas son émotion lorsqu’il découvre que celui-ci avait pensé lui aussi à une œuvre similaire. Ce projet de « Trauerkantate » (cantate funèbre), prend forme le troisième automne passé à Detmold (1859).
Lors d’une autre disparition douloureusement ressentie, Brahms revient à ce projet élégiaque : après la mort de sa mère, en février 1865, il mentionne dans une lettre à Clara Schumann à la fin du mois d’avril 1865 un « chœur… sorte de Requiem allemand ». Mais Brahms ne précisera jamais formellement que le Requiem lui fut inspiré par la mort de sa mère. Ce n’est que par ses amis qu’on le saura, notamment par Clara Schumann qui dit : « Nous sommes tous d’avis qu’il l’écrivit en souvenir d’elle, bien qu’il ne nous l’ait jamais dit expressément.»
La première version de l’œuvre (morceaux 1-4, 6-7) sera créée en la cathédrale de Brême le 10 avril 1868 pour le Vendredi Saint sous la direction de Brahms lui-même.
Après cette création, Brahms annonce à son éditeur l’ajout d’un morceau solo (le no 5) qu’il termine à Bonn en août 1868.
La version intégrale est finalement créée au Gewandhaus de Leipzig le 18 février 1869. La partition avait été publiée par Rieter-Biedermann à Leipzig en novembre 1868 .
Brahms avait offert à Clara Schumann l’arrangement pour piano.
C’est cette version qui vous est proposée aujourd’hui.

Geistliches Lied, op.30
« Chant spirituel pour chœur mixte à quatre voix, orgue ou piano ».
Première œuvre chorale conservée, ce Gestliches Lied fut composé en avril 1856 à Düsseldorf où Brahms s’était installé dans la maison de Schumann, dont il s’occupait en l’absence de Clara qui poursuivait ses tournées à travers l’Europe.
Bouleversé par la maladie de son maître, il pensa le retirer d’Endenich pour le soigner lui-même ; mais il était trop tard, l’œuvre ne fut éditée qu’en 1864.
Deux constantes de la musique spirituelle de Brahms, orientée vers le passé dans un contexte expressif romantique, se retrouvent dans cette pièce :
Le choix d’un texte littéraire ancien, une poésie mystique de Paul Flemming (1606-1640), qui exprime la confiance en Dieu, au milieu des malheurs de la Guerre de Trente Ans. Brahms y trouve le reflet de ses sentiments profonds, de sa foi en la miséricorde divine.
Et la référence à une technique d’écriture archaïsante, très stricte, dont l’austérité, le recueillement, engendrent une étonnante émotion.

Le Chœur Régional de la Réunion

« Il est constitué d’une centaine de chanteurs amateurs répartis sur deux centres, qui se réunissent une fois par semaine pour travailler le répertoire pour chœur et orchestre sous la direction de Daniel Bargier assisté des élèves de la classe de direction de chœurs.
Chaque répétition, accompagnée par un pianiste, est précédée par une séance de formation musicale, et suivie par une séance de formation vocale dispensée par des professeurs du conservatoire.
Les répétitions ont lieu à St Pierre le mardi et à St Denis le jeudi de 18h30 à 21h.
Des séances de travail plus longues dites « Rassemblements », réunissant les sections de St Pierre et de St Denis, sont organisées dans un des quatre centres du Conservatoire, à la fréquence de deux dimanches par trimestre. Leur calendrier est précisé en début d’année.
Un cours de « Culture musicale », qui illustre le programme du chœur est dispensé au Conservatoire.
Les deux sections du chœur régional, dont la vocation première est de se produire ensemble dans un programme par an, peuvent, de façon ponctuelle, se présenter séparément pour une production originale.
Le recrutement se fait après audition, dans la mesure des places disponibles.
Renseignements au CRR :
• Web : www.conservatoire.regionreunion.com.
• Facebook, Youtube, Instagram, Twitter : @crrreunion

Mai
29
mer
Nous (ne) sommes (pas) des monstres
Mai 29 @ 19 h 00 min – 20 h 00 min
Nous (ne) sommes (pas) des monstres @ Centre Dramatique National de l'Océan Indien (Théâtre du Grand Marché) St Denis

NOUS (ne) SOMMES (pas) des MONSTRES
Par les élèves théâtre du Conservatoire à Rayonnement Régional

SALLE GRAMOUN LÉLÉ – Saint Benoît
VENDREDI 24 MAI – 19H
Entrée libre sur réservations au 0262504272, resacrrsaintbenoit@cr-reunion.fr

CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL de L’OCÉAN INDIEN
Théâtre du Grand Marché – St Denis
MERCREDI 29 MAI – 19H
Entrée libre sur réservations au 0262904477.

Les élèves de théâtre du Conservatoire présentent leur travail de recherche et de création sur le thème des « Monstres ».
Le monstre est une personne que sa laideur ou son comportement éloigne non seulement de la norme, mais de l’humanité : la femme à barbe, le géant, mais aussi le
tyran, le serial killer … Le monstre, paradoxalement, révèle une partie honteuse de notre humanité, soit par sa laideur inhumaine, soit par son comportement inqualifiable. Il devrait être caché, et c’est pourtant lui qu’on exhibe.
La soirée consacrée aux Monstres réunit des personnages redoutables.
Les turpitudes dont s’inspire le spectacle ne sont pas légères : aucune abomination ne nous est épargnée. Pourtant le plaisir de se faire peur est universel.
Levé de rideau : La naissance de Zako, d’après La naissance du Jongleur de Dario FO.
Adaptation en créole de Laurent Atchma. Avec Florent Voisin.
Marchand de rêves, dealer d’espoir, de Hélène Chardonnet. Avec les élèves de St Pierre.
Nous ne sommes pas des monstres, nous sommes humains, création collective par les élèves de St Denis.

Juin
1
sam
Jazz Croisés édition 2019
Juin 1 @ 16 h 00 min – 19 h 00 min
Jazz Croisés édition 2019 @ Salle Pierre Roselli, Musée Stella Matutina, St Leu
Les élèves de la classe de jazz d’Henry-Claude Moutou vous proposent un concert live le samedi 1er juin à 16h à l’auditorium Pierre Roselli au Musée Stella Matutina.
Ce concert est une des dates du projet Jazz Croisés qui réunit chaque année la plupart des classes de jazz des écoles de musique de toute l’île.
 
D’autres dates sont prévues :
 
– à l’École de Musique de Saint-André, reçoit « Jazz Croisés », pour un concert live à Saint-André, Maison de la Vanille, le samedi 25 Mai 2019 à 16h00 (professeur référent Jimmy TOAVE),
 
– à l’École de Musique et de Danse de Saint-Joseph, reçoit « Jazz Croisés », pour un concert live à la Médiathèque de la Ville de Saint-Joseph, le samedi 15 Juin 2019 à 16h00 (professeur référent Alain CHAN),
 
– à l’École Intercommunale de Beauséjour, reçoit « Jazz Croisés », pour un concert live le samedi 29 juin à 16h00 (professeur référent Patt Burter).
Juin
7
ven
UBU ROI ET MOI ET MOI
Juin 7 @ 20 h 00 min – 21 h 15 min
UBU ROI ET MOI ET MOI @ Salle Gramoun Lélé, Saint-Benoît

RIEZ À GORGE DÉPLOYÉE DEVANT TANT D’IMBÉCILLITÉ…
ÇA NE VOUS RAPPELLE RIEN ?

Parodie bouffonesque sur le pouvoir, la prise de pouvoir, l’abus de pouvoir, l’amour insensé du pouvoir total, Ubu et moi et moi raconte l’histoire d’un tyran idiot qui sème la terreur et mène des guerres sanglantes à son seul profit. Boursouflé d’égoïsme, d’avidité, de bêtise et de lâcheté, le père Ubu ne recherche en toute chose que son bénéfice et son bonheur personnel qui est autant que possible un bonheur physique : manger plus, boire plus, prendre toute la place disponible, priver les autres d’espace pour en avoir plus.

adapté d’UBU ROI d’Alfred Jarry – adaptation, mise en scène Christine Guérin – écriture en créole Barbara Robert – avec Virginie Bernard, David Erudel, Jean Laurent Faubourg – scénographe Charley Collet – costumière Isabelle Gastellier – création lumière Nicolas Henri – coaching vocal Gautier Lajoinie – remerciement Dick Annegarn pour l’utilisation gracieuse de la chanson Le père Ubu. Avec le soutien de l’Adami, la DAC Réunion, la Région Réunion, le Département de La Réunion, la ville de Saint-Paul, la ville de la Plaine des Palmistes.

SALLE GRAMOUN LÉLÉ
un partenariat Région Réunion / Les Bambous

vendredi 7 juin 14h (spéciale) & 20h

DÈS 10 ANS – durée : 1h15

Tarifs
réduit 7 € / 10 €
Plein 13 € (prévente) / 15 € (sur place)

Juin
14
ven
PSAUMES PAR LE CHOEUR DE CHAMBRE DU CRR ET LE CHOEUR VILLANCICO
Juin 14 @ 20 h 00 min – 21 h 00 min
PSAUMES PAR LE CHOEUR DE CHAMBRE DU CRR ET LE CHOEUR VILLANCICO @ Cathédrale de St Denis

Pour la série de concerts Psaumes, le Chœur de Chambre du CRR et l’Ensemble Vocal Villancico interpréteront des œuvres sacrées de Léonard Bernstein, Joseph-Guy Ropartz et John Rutter. Ils seront accompagnés par Christophe Boney (violoncelle), Alain Fleury (hautbois), Lauriane Righi (piano) et Sophie Eyherart-Gallet (percussions). Les Chœurs seront dirigés par Jacques Detan et Daniel Bargier.

3 concerts sont prévus :

– Vendredi 14 juin, 20h à la Cathédrale de St Denis,

– Samedi 15 juin, 19h30, à l’église de la Ravine des Cabris,

– Dimanche 16 juin, 18h, à l’église de Gilles les Bains.

Tarif 10€, billetterie : 0892707974, www.monticket.re

Le Chœur de Chambre du CRR

Le Chœur de Chambre du CRR est une formation vocale du Conservatoire à Rayonnement Régional et réunit 24 à 36 chanteurs désireux de pratiquer le répertoire exigeant pour chœur « a cappella », ou accompagné du piano ou d’autres instruments. C’est une formation dans laquelle se croisent, en priorité, des personnalités qui ont déjà une activité au CRR :

  • élèves de la classe de chant (unité de valeur à valider en cycle 2) ;
  • élèves de la classe de direction de chœurs ;
  • choristes du Chœur Régional de la Réunion ;
  • élèves d’autres classes du CRR ;
  • professeurs de formation musicale ou d’autres disciplines.

Pour compléter et équilibrer l’effectif, des chanteurs issus d’autres chœurs de la Réunion peuvent rejoindre ce chœur de chambre.

Les répétitions, assurées par Daniel Bargier assisté des élèves de la classe de direction de chœurs et accompagnées ou pas par la pianiste Lauriane Righi, ont lieu au Centre de Saint-Paul du CRR chaque lundi de 19h30 à 21h30. Elles sont complétées par des séances de travail plus longues (demi-journées ou journées) dont le calendrier est précisé au début de chaque exercice.

La composition de cet ensemble « à géométrie variable » est adaptée à chaque nouvelle production. Son objectif est de proposer deux programmes différents chaque année, ce qui nécessite, de la part des chanteurs, un travail personnel soutenu. Le recrutement, pour une durée d’un an renouvelable, se fait après audition et entretien.

L’Ensemble Vocal Villancico

L’Ensemble Vocal Villancico, créé en 1978, est dirigé depuis ses débuts par son fondateur, Jacques DETAN, études de piano, orgue et basson au Conservatoire de Caen, création de deux chœurs mixtes à CAEN, ancien chef de l’orchestre universitaire de Caen. Le chœur Villancico a pour vocation la promotion du chant choral auprès du grand public. Il rassemble aujourd’hui environ 60 choristes non professionnels, mais dont certains possèdent une solide base musicale. Les adhérents trouvent en son sein une ambiance de travail ambitieuse. Le Groupe Vocal a donné plus de quatre-vingts concerts à La Réunion sur des œuvres du répertoire classique ; il sait au besoin évoluer et se diversifier pour conquérir un public toujours plus large.

Juin
15
sam
PSAUMES PAR LE CHOEUR DE CHAMBRE DU CRR ET LE CHOEUR VILLANCICO
Juin 15 @ 19 h 30 min – 20 h 30 min
PSAUMES PAR LE CHOEUR DE CHAMBRE DU CRR ET LE CHOEUR VILLANCICO @ Eglise de la Ravine des Cabris

Pour la série de concerts Psaumes, le Chœur de Chambre du CRR et l’Ensemble Vocal Villancico interpréteront des œuvres sacrées de Léonard Bernstein, Joseph-Guy Ropartz et John Rutter. Ils seront accompagnés par Christophe Boney (violoncelle), Alain Fleury (hautbois), Lauriane Righi (piano) et Sophie Eyherart-Gallet (percussions). Les Chœurs seront dirigés par Jacques Detan et Daniel Bargier.

3 concerts sont prévus :

– Vendredi 14 juin, 20h à la Cathédrale de St Denis,

– Samedi 15 juin, 19h30, à l’église de la Ravine des Cabris,

– Dimanche 16 juin, 18h, à l’église de Gilles les Bains.

Tarif 10€, billetterie : 0892707974, www.monticket.re

Le Chœur de Chambre du CRR

Le Chœur de Chambre du CRR est une formation vocale du Conservatoire à Rayonnement Régional et réunit 24 à 36 chanteurs désireux de pratiquer le répertoire exigeant pour chœur « a cappella », ou accompagné du piano ou d’autres instruments. C’est une formation dans laquelle se croisent, en priorité, des personnalités qui ont déjà une activité au CRR :

  • élèves de la classe de chant (unité de valeur à valider en cycle 2) ;
  • élèves de la classe de direction de chœurs ;
  • choristes du Chœur Régional de la Réunion ;
  • élèves d’autres classes du CRR ;
  • professeurs de formation musicale ou d’autres disciplines.

Pour compléter et équilibrer l’effectif, des chanteurs issus d’autres chœurs de la Réunion peuvent rejoindre ce chœur de chambre.

Les répétitions, assurées par Daniel Bargier assisté des élèves de la classe de direction de chœurs et accompagnées ou pas par la pianiste Lauriane Righi, ont lieu au Centre de Saint-Paul du CRR chaque lundi de 19h30 à 21h30. Elles sont complétées par des séances de travail plus longues (demi-journées ou journées) dont le calendrier est précisé au début de chaque exercice.

La composition de cet ensemble « à géométrie variable » est adaptée à chaque nouvelle production. Son objectif est de proposer deux programmes différents chaque année, ce qui nécessite, de la part des chanteurs, un travail personnel soutenu. Le recrutement, pour une durée d’un an renouvelable, se fait après audition et entretien.

L’Ensemble Vocal Villancico

L’Ensemble Vocal Villancico, créé en 1978, est dirigé depuis ses débuts par son fondateur, Jacques DETAN, études de piano, orgue et basson au Conservatoire de Caen, création de deux chœurs mixtes à CAEN, ancien chef de l’orchestre universitaire de Caen. Le chœur Villancico a pour vocation la promotion du chant choral auprès du grand public. Il rassemble aujourd’hui environ 60 choristes non professionnels, mais dont certains possèdent une solide base musicale. Les adhérents trouvent en son sein une ambiance de travail ambitieuse. Le Groupe Vocal a donné plus de quatre-vingts concerts à La Réunion sur des œuvres du répertoire classique ; il sait au besoin évoluer et se diversifier pour conquérir un public toujours plus large.

Juin
16
dim
PSAUMES PAR LE CHOEUR DE CHAMBRE DU CRR ET LE CHOEUR VILLANCICO
Juin 16 @ 18 h 00 min – 19 h 00 min
PSAUMES PAR LE CHOEUR DE CHAMBRE DU CRR ET LE CHOEUR VILLANCICO @ Eglise de Saint-Gilles-Les-Bains

Pour la série de concerts Psaumes, le Chœur de Chambre du CRR et l’Ensemble Vocal Villancico interpréteront des œuvres sacrées de Léonard Bernstein, Joseph-Guy Ropartz et John Rutter. Ils seront accompagnés par Christophe Boney (violoncelle), Alain Fleury (hautbois), Lauriane Righi (piano) et Sophie Eyherart-Gallet (percussions). Les Chœurs seront dirigés par Jacques Detan et Daniel Bargier.

3 concerts sont prévus :

– Vendredi 14 juin, 20h à la Cathédrale de St Denis,

– Samedi 15 juin, 19h30, à l’église de la Ravine des Cabris,

– Dimanche 16 juin, 18h, à l’église de Gilles les Bains.

Tarif 10€, billetterie : 0892707974, www.monticket.re

Le Chœur de Chambre du CRR

Le Chœur de Chambre du CRR est une formation vocale du Conservatoire à Rayonnement Régional et réunit 24 à 36 chanteurs désireux de pratiquer le répertoire exigeant pour chœur « a cappella », ou accompagné du piano ou d’autres instruments. C’est une formation dans laquelle se croisent, en priorité, des personnalités qui ont déjà une activité au CRR :

  • élèves de la classe de chant (unité de valeur à valider en cycle 2) ;
  • élèves de la classe de direction de chœurs ;
  • choristes du Chœur Régional de la Réunion ;
  • élèves d’autres classes du CRR ;
  • professeurs de formation musicale ou d’autres disciplines.

Pour compléter et équilibrer l’effectif, des chanteurs issus d’autres chœurs de la Réunion peuvent rejoindre ce chœur de chambre.

Les répétitions, assurées par Daniel Bargier assisté des élèves de la classe de direction de chœurs et accompagnées ou pas par la pianiste Lauriane Righi, ont lieu au Centre de Saint-Paul du CRR chaque lundi de 19h30 à 21h30. Elles sont complétées par des séances de travail plus longues (demi-journées ou journées) dont le calendrier est précisé au début de chaque exercice.

La composition de cet ensemble « à géométrie variable » est adaptée à chaque nouvelle production. Son objectif est de proposer deux programmes différents chaque année, ce qui nécessite, de la part des chanteurs, un travail personnel soutenu. Le recrutement, pour une durée d’un an renouvelable, se fait après audition et entretien.

L’Ensemble Vocal Villancico

L’Ensemble Vocal Villancico, créé en 1978, est dirigé depuis ses débuts par son fondateur, Jacques DETAN, études de piano, orgue et basson au Conservatoire de Caen, création de deux chœurs mixtes à CAEN, ancien chef de l’orchestre universitaire de Caen. Le chœur Villancico a pour vocation la promotion du chant choral auprès du grand public. Il rassemble aujourd’hui environ 60 choristes non professionnels, mais dont certains possèdent une solide base musicale. Les adhérents trouvent en son sein une ambiance de travail ambitieuse. Le Groupe Vocal a donné plus de quatre-vingts concerts à La Réunion sur des œuvres du répertoire classique ; il sait au besoin évoluer et se diversifier pour conquérir un public toujours plus large.